Ah ça ira, ça ira, ça ira...


Le mot d'ordre pour le calendrier de l'Avin 2017, c'est tout en bulles ! Ça tombe bien, j'adore les bulles, pas seulement dans le champagne d'ailleurs, mais il est le seul vin qui ait l'extraordinaire pouvoir de me donner des frissons, de faire briller mes yeux et d'y faire perler une petite larme, là, juste au coin, entre deux rires émerveillés.

Puisqu'il fallait en choisir un, j'ai succombé à l'émotion d'une dégustation, répondu à l'appel d'une bouteille "révolutionnaire" qui m'a fait tourner la tête (mais n'est-ce pas le propre de ce mouvement que de faire un tour sur soi-même), le champagne Révolution de la Maison Doyard.

Alors bien sûr, je pourrais vous parler de ces terres calcaires de la Côte des blancs où la craie affleure, de ces villages du Mesnil sur Oger, Oger, Avize et Cramant, classés grands crus, où les vignes vieilles de 40 à 60 ans portent le chardonnay dont est faite exclusivement cette cuvée.
Je pourrais vous dire le travail précis du vigneron afin laisser s’exprimer au mieux le terroir et d'en tirer la substantifique moelle. Vous parler de son respect de la nature, d'une viticulture de rigueur avec le moins d'intrants possible.
Evoquer les moûts de cuvée utilisés et vinifiés sous bois, la moindre fermentation malolactique. Insister sur le choix de Charles Doyard, le créateur de la cuvée, à qui je rends hommage au passage, d'une absence de dosage (c'est le seul champagne non dosé de la maison) et d'un élevage long de sept ans en cave (nous sommes sur des jus de 2010 pour 50 %, 2009 et 2008) destiné à adoucir lentement son acidité naturelle.
Je pourrais faire tout cela, mais j'ai juste envie de vous parler de bonheur. De vous dire l'élégance des bulles fines, de la robe jaune pâle aux reflets verts. Vous laisser imaginer les arômes de brioche chaude et d'amandes, presque un panettone, mêlés de fleurs blanches, derrière lesquels pointe le citron.
Et puis la bulle qui descend voluptueusement le long de la gorge, vive et légère comme une caresse. Douce aussi, étonnamment fruitée pour un champagne non dosé. La rondeur discrète qui doit au bois. La longueur en bouche qui s'achève sur la finale minérale propre aux grands crus de la Côte des blancs.
Je ne sais si l'on peut parler de musicalité pour un vin, mais la cuvée Révolution résonne comme un concerto, vous enveloppe de sa grâce. Parfaite à l'apéritif, elle sublimera un turbot ou un saint-pierre, magnifiera un ris-de-veau, et donnera à un saint-marcellin tous ses titres de noblesse. Un verre à la main. En écoutant l'adagio d'Albinoni.



Champagne Doyard Révolution

Blanc de blancs brut nature, grand cru, non dosé
Cépage : chardonnay
A boire maintenant ou dans quelques années

Merci à Boris Politi et au Clos des Millésimes, rue Lucien Faure à Bordeaux de m'avoir fait découvrir cette cuvée.

Cet article illustre le jour 7 du calendrier de l'Avin 2017 : https://avin2017.tumblr.com/



Posts les plus consultés de ce blog

La nostalgie du livre de cuisine

L'adieu

Coup de vent sur Donostia