Accéder au contenu principal

Articles

A LA UNE

Maruya, un authentique Japonais à Bordeaux

  Longtemps j'ai détesté les sushi. Sidérée d'incompréhension devant la déclaration d'amour de Chouchou, je me demandais si mes concitoyens avaient perdu le bon sens devant ce riz trop sec ou trop collant, ne sachant lequel était le pire, ces lamelles de poisson fadasses, parfois limites en fraîcheur, le tout noyé dans une sauce soja bas de gamme dont le sel ne laissait aux papilles aucune chance de survivre à la suite du repas. Je passe sur l'incontournable teryaki, là encore une arme de destruction massive du goût, plus apparentée au goudron d'un pot d'échappement, matiné de bois brûlé, qu'à quoi que ce soit de comestible.  Il faut bien reconnaître que la province n'aide pas. Hormis des enseignes marketing destinées à sustenter les brebis égarées à la sortie des bureaux et les corners des supermarchés où l'Italie côtoie le Japon -la proximité d'une géographie revisitée n'ayant d'égale que le désastre gastronomique proposé- il est extrêm

Derniers articles

Saint-Jacques en bouillon tom yam

Tourteau rôti au four, beurre salé, légumes croquants

Petites courges farcies aux cèpes et au confit de canard

Saint-Jacques, cèpes à cru et à cuit, poutargue

Foie gras poêlé, girolles, anguille fumée, haricots coco au bouillon

Cabillaud en croûte de vieux comté, girolles, sauce crème

Oignon gratiné, cèpes, jambon, comme une carbonara

Ginette, le charme réinventé de la cuisine bourgeoise

Risotto tourteau cèpes

Clos des Millésimes, la cave se rebiffe