Arrêt sur images


Il y a là la peinture, des oiseaux, l'envergure, qui luttent contre le vent. Il y a là les bordures, les distances, ton allure, quand tu marches juste devant. Il y a là les fissures, fermées les serrures, comme envolés les cerfs-volants. Il y a là la littérature, le manque d'élan, l'inertie, le mouvement.
Parfois on regarde les choses, telles qu'elles sont en se demandant pourquoi. Parfois, on les regarde telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas...
(Gaétan Roussel, Il y a)

Et puis un jour j'ai troqué mes pinceaux contre un appareil photo...
Je vous invite à me suivre au fil des lieux, des lumières et des saisons.

Posts les plus consultés de ce blog

La nostalgie du livre de cuisine

Coup de vent sur Donostia

La pâte à crêpes de Gaston